dimanche 19 septembre 2010

En attendant le flim

Le prochain Resident Evil Afterlife à venir, racontant la suite rocambolesque des histoires de Milla Jovovich la psychokinétique au pays des zombis mutants, on peut se régaler du trailer normal...

Ou de celui-ci.





Perso, je préfère celui-ci. ^^

De mon côté, j'ai été cruellement détruit par le précédent, je pleurais de rire et de navritude lors des scènes finales (le combat de pouvoirs mentaux! le satellite! Milla Jovovich!), mais j'ai bien hâte de voir s'ils peuvent faire pire...
J'irai donc très probablement le voir au ciné, peut-être pas en 3D faut pas déconner (si j'ai le choix...), sinon ce sera par d'autres moyens non conventionnels (huhu)...

Tiens, ça me rappelle Piranha 3D. Finalement vu vendredi soir.
Alors euh, pour faire court, c'est bien aussi mauvais que je pensais, les piranhas sont dantesques, le "doc" ne sert à rien, P'tit Génie n'a pas un rôle qui lui convient, le héros est con, sa mère bourre et les meufs à poil sont navrantes en fait. Film à peu près chiant, sauf aux moments sanglants intenses, qui prouvent qu'un banc de piranhas fous peut faire autant de miracles pour l'humanité qu'un mixer peut faire de bons milk-shakes. Avec une bonne recette, ça va de soi.

Bref.
Et vous, tentés de voir ce nouveau Rayzideunte Iiiiiivowl ?
Si oui, pourquoi? :D

4 commentaires:

  1. Ca le donnerais presque envie de le voir. Oo Damned

    RépondreSupprimer
  2. Ma relation avec les films de la franchise Resident Evil est plutôt complexe... mais je suis sûr que c'est le cas chez tous les vrais fans des jeux du même nom.

    Lorsque j'ai été voir le premier film au cinoche, j'ai été immensément déçu de la distance prise avec le matériau d'origine. Pour moi, se contenter de reprendre des noms, des lieux, des créatures et quelques situations pour en faire un truc complètement différent (un mauvais techno-thriller mêlé à un mauvais film de zombie, mais en revanche un gros film d'action) n'est absolument pas ce que j'attends de l'adaptation ciné d'un jeu vidéo. Ça ne signifie pas qu'il faille absolument refaire le jeu à l'identique ! Le film Silent Hill était pour moi un très bel exemple de réussite d'une création originale totalement respectueuse du matériau d'origine.

    Mais bref, vu ce qui a suivi, je considère aujourd'hui que le premier film était encore le plus intéressant car dès le second on oublie tout effort scénaristique pour se concentrer sur des scènes d'actions de plus en plus improbables situées dans le cadre du second et du troisième jeu. Heureusement qu'on peut se rincer l'œil grâce à la belle Jill Valentine et qu'on peut s'étouffer de rire en constatant que le Nemesis est en fait un gros nounours au cœur d'or ! Et la fin du film bat des records de pirouettes scénaristiques débiles...

    Pourtant, le troisième opus arrive à faire pire en repoussant les limites de la vacuité scénaristique, en enchaînant les clichés du genre et en s'éloignant définitivement des jeux d'origine (seuls les persos Claire Redfield, Albert Wesker, le Tyrant, les corbeaux et les classiques chiens infectés ont un lien avec les jeux, tout le reste n'a plus rien à voir). Comme dans le 2, on met une belle actrice (Claire Redfield) pour exciter le mâle et on bâcle totalement un combat final qui aurait dû être dantesque !

    Et qu'est-ce qu'on nous promet pour le quatrième film ? L'arrivée (enfin) de Chris Redfield, le retour des deux bombes sexuelles des deux précédents films, une Milla Jovovich surpuissante et démultipliée, Albert Wesker (enfin) en grand méchant et les éternels toutous décharnés, et le tout en 3D !!! OMG comme ça va être mauvais (et drôle) !

    Paul W.S. Anderson qui a écrit tous les films et réalisé le premier puis le quatrième se fout royalement de la gueule des fans des jeux et pourtant cela continue de faire des cartons au box-office. Je le soupçonne secrètement de prendre son pied en mettant en scène sa femme (Milla Jovovich) dans des rôles de super-héroïne ultra-balèze et indestructible. Et tant que ça marche, pourquoi s'arrêter (le couple a déjà évoqué un 5ème film).

    Alors oui, cette franchise cinématographique me désole ! Mais pourtant je crève d'envie de voir ce quatrième film pour voir à quel point ils ont encore tout foutu en l'air, et c'est certainement ça la plus grande réussite de ces films d'action sans grand rapport avec les jeux...

    RépondreSupprimer
  3. Le lyrisme de Drav' est effrayant !
    Moi je dirais juste : Oui, parce que j'ai foi en la daube.

    RépondreSupprimer
  4. Claire > Presque? Ou pas? :p

    Draven > diantre, quel pavé!
    Alors pour ma part, j'attendais moi-même énormément du premier RE en flim. Seulement, dès le trailer, on sentait que quelque chose clochait, un "on-ne-sait-quoi" dérangeant qui te pousse à te dire "ça, ça va dauber comme les autres adaptations de jeux vidéo en flim". Ah bah en fait on le savait. Respect de la franchise zéro, une action à pleurer, des scènes anthologiques de nanarditude, le pari était relevé avec le trailer mais le flim nous a prouvé qu'on pouvait aller plus loin.

    Et pourtant, ce n'était effectivement qu'un commencement! Comme tu le mentionnes, les suites vont plus loin dans l'absurde et le WTF, le matériel de base est oublié et foulé sous les talons des bottes d'Alice (rahhhhhhh des bottes! Pardon je m'enflamme), et on se retrouve à pleurer de rire devant des flims censés "à la base" être des flims d'angoisse, s'ils devaient se concentrer sur le mode "survival horror" dans lequel les premiers RE en jeu s'engouffraient.

    Pour moi, déjà, un truc est perdu : on ne pourra pas avoir de flim RE qui respecte les premiers jeux, on est déjà partis sur l'optique de faire des "survival-action-untantinethorror", et Anderson est le réal parfait pour ça (hélas?).
    On ne peut que subir maintenant, et voir à quel point on peut descendre bas dans le grotesque...

    Très honnêtement, moi, j'ai effectivement pleuré nerveusement à la fin de RE3 (flim), alors qu'Alice affrontait le gros meuchant avec des pouvoirs psychiques à en faire péter le parquet. Même avant en fait, avec le satellite, la moto qui vole, etc...
    Alors on peut appeler ça de la curiosité morbide, celle qui pousse la majorité des gens à ralentir quand il y a un accident de la route, non pour respecter le travail des sauveteurs, mais pour regarder s'ils peuvent voir un bout de barbaque qui traîne...
    Baaaaaaaahhhhh! Désolé ;o)

    Leel > Bah, on subira ça ensemble alors!

    RépondreSupprimer