mardi 17 août 2010

Percy Jackson ...

... Et le voleur de WTF?

La question me taraude : comment décrire ce flim, de façon à faire ressortir toutes les émotions qu’il m’a procurées ?
Tout d’abord, je pense qu’il est pertinent de signaler qu’il m’a fallu bien une grosse semaine pour digérer la vision de ce monument pictural, remettant au goût du jour le panthéon grec dans une vision qui ferait passer le remake du Choc des Titans pour un flim de référence sur la mythologie grecque.
Je précise aussi que, par la suite de ce récit passionnant, je vais spoiler à mort le flim (genre raconter les grandes lignes et la fin, on se passera de certains détails moisis). Pas que ça soit dramatique pour vous ceci dit.

L’intro du flim, qui présente un Poséidon un peu con qui omet de se déguiser en humain taille normale en sortant de la mer, devant un vieux pêcheur (paie ton cliché dis donc, on n’avait jamais vu un plan comme ça), et un Zeus tout véner qui accuse le fils de Poséidon d’avoir volé son éclair, genre son arme ultime. « Pis si tu me le rends pas, ben j’vais te péter ta gueule. J’m’en vais na », dit-il en prenant une porte vers l’Olympe, en haut de l’Empire State Building (WTF ?). Hop, on a notre trame de fond, super.
Même pas 5 minutes et j’avais déjà envie de prendre l’avion et mettre une barre de fer en travers de la tête des coupables de ce flim, faut le faire.
Bon alors, juste une question toute bête (mais alors d’un bête !) : Zeus, mec, si ton éclair est genre ton arme qui défonce tout, pourquoi tu l’avais pas genre sur toi en tout temps, tout lieu ? C’est pas le genre de truc que t’oublies au restau en partant « oups tiens, j’ai oublié mon lance-roquettes sur le porte-manteaux, quel étourdi je fais dis donc », il avait fumé la moquette ou quoi ?
Et c’est quoi ce Zeus qui accuse un mec au pif de l’avoir volé ? Une dénonciation calomnieuse et paf, c’est lui le méchant ? Ca c’est de la justice qu’on kiffe ! Qui a dénoncé, pourquoi, quelles preuves ? On n’en saura rien. C’est lui, picétou. W00t.

Le Héros! *musique à suspense*

On commence donc avec un héros qui a l’air de rien (mis à part qu’il peut rester en apnée genre plusieurs minutes au fond de la piscine – se souvient-il que les gens aiment pisser dans les piscines ?), mais alors vraiment rien, et son pote black (il en faut un) en béquilles. On voit le quotidien de notre jeune loser, entre sa vie de lycéen merdique et sa vie familiale avec sa mère soumise à un puant abruti et probablement consanguin.
Lors d’une innocente sortie scolaire dans un musée quelconque où sont exposées (oh hasard !) les statues des dieux grecs, le jeune Percy, tout naïf, se fait embarquer dans une pièce ouverte MAIS vide, par sa vieille prof. Naïf le gars, ou alors il est gérontophile et espérait conclure, mais mal lui en prit lorsqu’il s’aperçut qu’en fait, c’était une vilaine harpie toute méchante ! Qui sera mise en fuite par… Un autre prof en fauteuil roulant, et le pote black en béquilles. Wtf ?
S’ensuit le classique plan où les deux discutent « ils l’ont trouvé », « oh tu crois ? », « ils croient qu’il a l’éclair bouh », « mais que va-t-on faire ? », alors que le héros est à côté. Merde, c’est tellement classique et chiant que ça me donne envie de repeindre mon salon couleur vomi. « Suis-moi et tais-toi j’ai pas le temps de te parler ! » : ça aussi, ça me donne envie de hurler suspendu à mon balcon par une ficelle de poubelle, mais genre putain, GENRE ? Le mec déjà hallucine pas du tout alors qu’il vient de se faire aggro par une harpie (réveille-toi mec, c’est pas censé exister), et il suit docilement son pote en lui faisant une confiance aveugle et en fermant sa gueule ? Sérieusement, QUI d’entre nous, à qui ce genre d’histoire arriverait (ouais bon, si c’est cette histoire, je préfère pas pour moi), ne buggerait pas dès le début et ne demanderait pas d’explications séance tenante ?

Bon, on n’y pourra rien, les poncifs récurrents font partie de ce genre de flim, et c’est pas le dernier (hélas). Bref, le héros et son pote vont chercher la mère, tabassent le puant, et s’enfuient en voiture. Où, on sait pas, euh. Et là, furtif comme une gazelle, un putain de gigantesque minotaure ninja se planquait dans un troupeau de moutons ! « C’est quoi ça ? » « Oh laisse ça doit être un arbre avec des poils » ? WTF ?
Après un mémorable combat pitoyable entre le héros qui finit par stab le mino avec une de ses cornes (le minotaure en mousse) après que celui-ci ait buté la môman, et la révélation que le pote black est en fait un satyre, les deux compères se barrent dans un plan parallèle ou je sais plus quoi, qui se trouve être un camp d’entraînement pour demi-dieux.

Alors là, pause : on apprend donc que les Dieux sont de sacrés queutards, et passent leur temps à enfanter sur Terre ici et là, entre deux parties de Monopoly divin (non sérieux, ils foutent quoi les dieux toute la journée ?). Ah, et les filles d’Aphrodite sont toutes des pouffiasses à faire pâlir Paris Hilton (ou pas). La vie des Dieux est formidable, je suis émerveillé.

Une originalité exacerbée et un scénario dantesque

Bon, là j’avais écrit encore un putain de pavé sur ce qui se passait, mais c’est ‘achement long donc résumé : Percy va kiffer la vibe avec la fille d’Athéna, Hadès leur dit de se pointer avec l’éclair et il rendra sa môman à notre bon loser, et le fils d’Hermès donne des Converse ailées (avec des pitites n’ailes qui font flapi !) et des tuyaux pires qu’Huggy pour aller en enfer défier Hadès himself. Ah, et un bouclier, ça peut servir.
Sur la route (de Memphis), trois épreuves pour trois perles permettant de ressortir des enfers : vaincre une Médusa (avec le reflet dans une coque d'iphone) qui m’a donné beaucoup de chagrin pour Uma Thurman l’incarnant, une hydre grotesque (battue avec la tête de Médusa évidemment), et s’enfuir d’un casino de Las Vegas où le temps n’a plus d’emprise et où les fleurs de lotus sont des drogues de bâtard. Ah ben super les épreuves.

Sitôt arrivés en enfer (à Hollywood ! Et pile à l’endroit où ils arrivent dis donc, même pas besoin de chercher dans une mégalopole entière, quelle chance !), on voit un Charon désabusé qui les fait passer après avoir subi les blagues du pote satyre black et les emmène direct au palais d’Hadès, bim. Perséphone les reçoit, et dit qu’elle en a ras-le-cul de son con de mari, après avoir chassé des chiens moches (les fils illégitimes de Cerbère sans doute). Hadès se pointe, discussion, et le twist majeur du flim arrive : l’éclair était dans le bouclier donné par le fiston d’Hermès depuis le début ! Quel vil fifrelin ! Je vous passe les détails, mais avec l’aide de Perséphone, ils parviennent à partir avec l’éclair, en laissant le satyre avec Perséphone (alors eux, ils ont pas joué au Scrabble) pour que la môman de Percy puisse repartir.
Pouf, ils apparaissent par magie en haut de l’Empire State Building, où le grand vilain fils d’Hermès les attendait déjà, avec une autre paire de Converse ailée ! Combat, victoire de Percy qui vole, ascenseur divin dans l’Empire State Building qui les emmène direct sur l’Olympe (MAIS WHAT THE FUCK), les enfants voient leurs parents youpi, Zeus récupère son éclair et le range dans son futale, fin du flim, fermez le ban.

Quasiment deux grosses heures de torture en fait. Je ne m’attendais pas à un truc fameux, mais au moins divertissant, comme le Choc des Titans (oui même si celui-ci m’a choqué plus que par le titre j’avoue), mais ce flim avait un tel niveau de nawak que mon cerveau voulait sortir par mes oreilles pour se suicider sur mes plaques à induction. Les acteurs sont mauvais, le scénario est d’une pauvreté à faire passer Kickboxer pour un candidat aux Oscars, et le héros donne envie de prendre sa tête et de l’enfoncer dans le cul d’un éléphant pendant 3 minutes.
Point positif, les effets spéciaux qui ne sont pas trop mal, et surnagent dans le marais fétide que constitue ce flim.

Verdict

Si vous êtes masochiste, foncez, sinon épargnez-vous deux heures de votre vie.

Scénar'


Acteurs


Effets spéciaux


Blagues de merde du pote satyre black


La copine du héros dont j'ai zappé le nom

10 commentaires:

  1. Donc en gros le seul truc à peu près intéressant du film c'est la copine du héros ? Mmmm, ça ne me dérange pas, j'ai déjà maté des nanars juste pour ça...

    Sinon dans l'ensemble, merci pour cette critique. Je peux rayer ce film de ma liste des milliards-de-films-bien-qu'il-faut-encore-que-je-regarde.

    RépondreSupprimer
  2. Et les effets spéciaux qui sont pas trop mal ^^

    Mais attention, ce flim n'est pas un nanar, c'est un gros navet. :/

    RépondreSupprimer
  3. Feuk, je vois des similitudes avec L'Apprenti Sorcier... mais je pense que je vais m'infliger 2h de torture pour voir la tronche a méduse et on verra bien ou se situe l'Apprenti Sorcier après ça...

    RépondreSupprimer
  4. Houlà, pas la peine d'aller jusqu'au bout, Medusa doit être à la moitié du flim!

    Mais si tu oses l'impensable, tu me diras ce que tu auras pensé de la mort du minotaure en mousse tiens.
    Et des Converse.

    RépondreSupprimer
  5. Ho la merde ! Dis j'étais bien contente de faire 4 autres choses en même temps que le film tournais parce que même comme ça, ça m'a paru salement trop long. Bon j'dois bien dire que le principal bleme de ce film c'est qu'il se prend méchament au sérieux et c'est mauvaaaaaaaaaiiiis XD. Bon hey j'ai bien aimé l'hydre moi alors voila, pis méduse sympa aussi. Sur 2h, comme pour Twilight pour voir 20 secondes de loups garou, ça fait léger...

    RépondreSupprimer
  6. Ah j'avais pas vu que t'avais répondu!

    Ouais hein, 20 secondes pour 1h40 de flim, c'est léger...

    RépondreSupprimer
  7. Moi je dis vivement le 2, "Percy Jackson et le voleur de la cuisse de Jupiter" ...

    RépondreSupprimer
  8. Jupiter spa dans la même mythologie spa possib'!

    RépondreSupprimer